Préparez votre cession d’entreprise > Accompagnement > La difficulté pour un repreneur de trouver un cédant ayant bien préparé sa cession

La difficulté pour un repreneur de trouver un cédant ayant bien préparé sa cession

La difficulté pour un repreneur de trouver un cédant ayant bien préparé sa cession

Qu’est ce qui rend un dossier attractif aux yeux d’un repreneur, au delà de toute analyse approfondie du dossier, de sa rentabilité?

C’est la qualité de la préparation du cédant et de son entreprise à l’arrivée d’un nouvel entrepreneur.

Le repreneur doit avoir compris les fondamentaux du succès de l’entreprise cible et toutes ses potentialités bien avant son arrivée.

Ecoutez Christian De Moze qui parle de son cédant Jacques Marchand :

Une bonne préparation permet de graduer le niveau d’informations à donner au repreneur

Paradoxe pour le repreneur : un cédant qui a bien préparé sa transmission sait très bien ce qu’il peut livrer comme informations et données sur son entreprise en fonction de l’intérêt et de l’engagement du repreneur.

Au début, notamment lors du premier contact, le cédant peut se montrer très réservé sur la communication vis à vis du repreneur de ses véritables atouts concurrentiels. Car si ce repreneur n’était que le faux nez d’un concurrent … ?

D’où la réaction de Jacques Marchand qui n’a pas souhaité faire visiter son usine au premier contact avec Christian De Moze!

Il est vrai que le cédant peut décrire les points forts, voire les faiblesses relatives de son entreprise, sans rentrer dans les détails, ni montrer concrètement les tours de mains de son activité, au début des contacts avec un repreneur potentiel.
Que ceux-ci soient techniques, mais aussi commerciaux, de gestion, ou d’organisation humaine.

Ce n’est qu’au fur et à mesure des contacts et des engagements (Lettre d’Intention, puis Protocole d’accord) que le cédant peut aller plus loin dans la mise des cartes sur table.

En particulier, lors de la phase d’audits, le repreneur a toute latitude pour rentrer dans les détails, du moins la conformité des méthodes et processus à la réalité de l’activité.

Ce n’est que lors de la période d’accompagnement que la transmission totale des informations se réalise, cette fois, dans les moindres détails particuliers, et avec tous les commentaires pratiques qui enrichissent les procédures écrites, formelles, qui restent générales.

Une transmission bien préparée se réalise rapidement

Le premier avantage d’une préparation à la transmission bien anticipée par le cédant est le gain de temps pour conclure. Ce qui est un gros avantage également pour le repreneur pressé.

Pas d’obstacle à la communication des informations (parce que non préparées), montage rapide du Business Plan du repreneur et demandes de financement bien documentées auprès des banques.

Cependant, comme le montre l’exemple de Christian De Moze, la réactivité des établissements financiers n’est pas à la main du cédant.
Donc le délai de signature des actes définitifs, finit, souvent, par s’allonger de quelques semaines supplémentaires.

Patience pour le cédant est la seule vertu nécessaire …
Pour le repreneur pareillement.

Ensuite pourra enfin commencer la période d’accompagnement, qui, si elle a été également bien préparée, pourra être assez rapide.

Il y va de l’intérêt de chacun.

Ce qui n’empêche nullement des contacts ponctuels ultérieurement, lorsque cédant et repreneur ont bien été en phase sur la vision de l’avenir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *